© 2016 | Design Pop ta pub

  • Black Google+ Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
0

Johanne Siminaro, artiste en art visuel

Mes coups de cœur

 

Découvrez ici des artistes passionnés. 

 

De Guylaine Bélanger à Bel Ange

Jeune, nous habitions un petit village en Mauricie, et malgré que la montagne, la forêt et le Zoo de St-Édouard étaient des terrains de jeux de rêves, j’adorais également les jours de pluie pour profiter de mes bouts de ficelle, de ma tablette à dessins ou de la machine à coudre, car déjà à 8 ans,  je commençais à coudre.

Mes parents y tenaient un restaurant, où jukebox, patchouli, billard et plaisir se côtoyaient tous les soirs. J’ai grandi au son de la musique des années 70’ et le monde hippie a été ma première source d’inspiration. C’est dans ma tenue vestimentaire que ma créativité a commencé à s’exprimer.

Je cumule plus de 25 années d’expérience dans le domaine des arts. On reconnait mes personnages autant dans mes tableaux, que dans les sculptures que je façonne dans l’argile. Ma plus grande source d’inspiration me vient de mes 18 années de travail en relation d’aide. Mes personnages sortent d’eux-mêmes : ils ont quelque chose à dire et mes créations m’aident à donner une voix aux  personnages souffrants et à faire beauté ce qui apparaissait laideur. À cette époque j’ai commencé une série qui semble sans fin et que j’ai nommé « Les mal aimés ».

J’ai également été initié, il y a 16 ans,  à un art pour lequel je suis tombée amoureuse, le RAKU, méthode de cuisson japonaise de poterie datant du 16e siècle et que l’on surnomme ‘’La cuisson de Dieux’’.   Les couleurs qui se  révèlent au hasard de la cuisson et du travail des éléments de la nature, sont tout simplement des moments de pur bonheur. Curieuse de nature, et aimant les surprises et le mystère, je suis servie !

Formée en accompagnement en fin de vie, je façonne également des urnes funéraires personnalisées, rappelant qu’il y a eu la vie avant le grand départ. J’accompagne également les personnes désireuses de la façonner eux-mêmes dans le plus grand respect des gens.

Photos: courtoisie de l’artiste.

 

Elena Luz Martinez

Humaine avant tout, l’auteure Elena Luz Martinez porte le fardeau du monde, elle déteste les tueries, la faim, la négligence, l’indifférence, la xénophobie. L’écriture est, pour elle, une quête suprême pour atteindre l’inaccessible !

Elle écrit ce que les autres aiment lire, une prose ou poésie accessible au cœur où viennent se loger amour, paix, tendresse, passion et lumière !

« Il ne suffit pas que nos vers soient beaux, dit Horace, pour donner plus de poids à la décision; il faut encore que ces vers puissent remuer les cœurs et qu’ils soient capables d’y faire naître les sentiments qu’ils prétendent exciter. »

Lire la poésie ou la prose d’Elena Luz Martinez n’est pas seulement un plaisir mais parfois une nécessité afin de déchiffrer toutes nos attentes et nos envies les plus essentielles, de voguer merveilleusement au sein des saisons au grès des flots, des quatre vents… !

Texte: Mohammed El Qoch (Professeur de français, poète, Kénitra-Maroc)

Photo: courtoisie de l’artiste.

Je vous invite à vous joindre à sa page Facebook et à suivre son blog Dynamot coaching.

 

Daniel Thomas

Un filet de lumière dévoilant un paysage calme et vibrant,

Un regard précisément à la bonne place et au bon moment,

À l’image de l’homme qui la capture.

Daniel Thomas n’est pas un traqueur d’images, il est un capteur d’âmes et d’atmosphères. Il est l’oeil révélateur de ce que toute chose, endroit, événement ou personne recèle de plus puissant, de plus profond et de plus beau. Avec toute son humanité et la générosité qui le caractérise, Daniel choisit de capter la beauté de l’univers dans son essence et sa fragilité.

Au fil des décennies et du kilométrage qu’il a parcouru, l’univers de Daniel s’est agrandi jusqu’à embrasser la majeure partie de la planète. De l’Asie à l’Europe, au cours de ses voyages, il a nourri son monde intérieur de toutes les richesses qu’il a pu emmagasiner et c’est précisément de cette matière première impalpable que sont faits ses tableaux photographiques. La maîtrise de son art acquise depuis longtemps prend tout son sens dans le seul but qu’il n’a jamais eu et qu’il poursuit d’instinct sans relâche : dévoiler au regard des autres la beauté dans l’infiniment grand et dans l’infiniment petit qui nous entoure.

Une visite sur son  Portfolio s’impose. Vous pouvez le joindre sur Facebook.

Texte: Sophie d’Astous

Photo: Dijune Liu